Automobile Club d'Aix et du Pays d'Aix

Rechercher

Le point sur les radars et autres avertisseurs

Publié le 11 août 2011

Créativité et miniaturisation : les deux mamelles des constructeurs de radars !


Sur les axes autoroutiers :


Alors que les radars-tronçons font leurs premières apparitions sur la RN14, près de Cergy-Pontoise, une nouvelle génération de radars, tous plus inventifs et créatifs, voit le jour.
En test près de Toulouse où ils ont été présentés le 11 juillet dernier, ils se présentent sous la forme de capteurs qui sont installés dans l’asphalte afin d’enregistrer la vitesse des véhicules. Ceux-ci sont reliés à une caméra qui enregistre la plaque d’immatriculation et transmet l’information en temps réel aux forces de l’ordre. Ce principe de capteur existait déjà pour déceler une éventuelle surcharge d’un transport routier. Ces systèmes, totalement invisible et dont le coût d’installation est estimé à 200 000€, seront prioritairement installés à proximité des frontières et des aéroports.

Sur le réseau secondaire :


En région parisienne, dans l’Oise et les Yvelines en particuliers, sont actuellement testés par la police et la gendarmerie de redoutables radars embarqués. Ces radars peuvent flasher, quel que soit le sens de circulation par rapport à celui du véhicule des forces de l’ordre, tout en distinguant le véhicule (auto, moto ou poids-lourd), à une distance allant de quelques mètres à 100 mètres.
Nos voisins néerlandais ont conçu l’un de ces nouveaux radars. En l’occurrence, leur invention se dissimule derrière la plaque d’immatriculation avant, fonctionne à travers celle-ci et est reliée à un appareil-photo installé en bas du pare-brise.


Autre radar venant cette fois-ci d’Italie. Une caméra prenant 5 photos par seconde et jusqu’à 100 mètres de distance. Cette caméra est installée en haut du pare-brise et reste toujours aussi invisible par les automobilistes.

(Sources : autonews.com du 12 et 15, Le Parisien du 18/07/2011)

C’est au tour des radars pédagogiques de faire leur apparition.


Alors que l’automobiliste circule en agglomération de Blincourt, sur la D 1017, là où le premier radar pédagogique de nouvelle génération vient d’être installé, le message suivant s’affiche : «Vous roulez à 63. Ralentir. Danger. ».


Ce radar pédagogique remplace le précédent panneau annonçant un radar fixe, et qui avait été démonté depuis plusieurs semaines. L’effet préventif semble faire son oeuvre car les automobilistes ralentissent. Ce sont les premiers constats après quelques jours de mise en service. « Je prends la route tous les jours pour aller faire mes courses. C’est mieux qu’avant. On voit quelque chose qui s’allume, ça attire tout de suite l’attention. Le soir, c’est encore plus visible.» témoigne Mr Hamimi, responsable d’un restaurant situé à quelques mètres de ce radar.
Dans une commune proche, La Chapelle-en-Serval, où a été installé un appareil similaire alors que le préfet s’était précipité pour faire démonter le panneau avertisseur de radar, son maire, Philippe Espercieux, ne voulait pas que la situation s’éternise car il est convaincu du bien-fondé de la pédagogie de ce système. Toutefois, il émet un bémol quant au coût : « Il fallait remettre quelque chose, c’était nécessaire. On ne pouvait pas laisser un radar automatique sans être signalé, mais cet emballement va coûter cher aux contribuables. Ces appareils nécessitent un entretien plus important qu’un panneau avertisseur. L’Etat a vraiment de l’argent à dépenser… Quitte à pousser la blague, on aurait pu les équiper de panneaux solaires. »


Les 29 radars fixes installés dans le département ont flashé près de 136 000 conducteurs en 2010, soit une moyenne quotidienne de 372 infractions. Mais ce chiffre est en régression par rapport à 2009 de 3 000 avis de contravention pour excès de vitesse. La tendance va-t-elle se confirmer avec l’installation de ces radars pédagogiques ? Si oui, ce sont des ressources fiscales en moins pour l’Etat !

(Source : le Parisien du 27/07/2011)

Au revoir aux « Détecteurs de radars », bienvenue aux « Outils d’aide à la conduite ».

 

Les avertisseurs de radars, qui seront désormais appelés « outils d’aide à la conduite », ont fait l’objet d’une convention signée hier entre l’Etat et les fabricants de ces boitiers. L’avertisseur n’émettra plus un bip sonore mais signalera une zone dangereuse. La nature du « danger » ne sera plus identifiée. Il pourra s’agir d’un accident, de travaux, de forts ralentissements, d’un lieu connu ou réputé comme « accidentogène », ou encore d’un radar fixe ou mobile. Ces zones pourront s’étendre de 300 mètres en agglomération à 4 km sur autoroute. Autre point de satisfaction des fabricants, leurs appareils conservent « le principe participatif ». Les constructeurs ont maintenant six mois pour mettre en conformité les avertisseurs déjà vendus, par une mise à jour par Internet. Quant aux nouveaux produits, ils devront l’être au moment de la vente.

(Source : le Parisien du 29/07/2011)

ACA Covoiturage

10230 inscrits

Stages de récupération de points de permis

Stages de 2 jours pour récupérer
4 points

Prochain stage
13 & 14 sept Inscrivez-vous en ligne !

+ d'infos

Automobile Club d'Aix-en-Provence et du Pays d'Aix
7, boulevard Jean Jaurès - 13100 AIX-EN-PROVENCE
Tél. : 04 42 23 33 73 - Fax : 04 42 23 13 77
aca@autoclubaix.com

http://www.autoclubaix.com/index.php?id=17